Jésus au milieu de nous



PLAN:

1. le monde m'a haï avant vous haïr
2. Le serviteur n'est pas plus grand que son maître
3. L'église ne doit pas cacher les chrétiens
4. Les religions et le pouvoir
5. La messe, repas ou sacrifice
6. Invitons Jésus chez nous

>

1. le monde m'a haï avant de vous haïr



crimes

Ceci est la photo d'une peinture figurant Mgr Óscar Romero, 6 prêtres jésuites et ceux qui les logeaient. Tous furent assassinés par des valets de la CIA. Cette peinture se trouve dans le bureau du Professeur Noam Chomsky au MIT à Boston (USA).

Jean 15.13 et 18
Le plus grand amour consiste à donner sa vie pour ses amis.
Si le monde vous hait, il m'a haï avant vous.

2. Le serviteur n'est pas plus grand que son maître



Je lisais de Chapitre 15 de l'évangile de Jean quand je suis tombé sur ces deux versets qui me firent paniquer:


Jean 15.19
Si vous étiez du monde, le monde vous aimerait; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, il vous hait.

Jean 15.20
Souvenez-vous de ce que je vous ai dit: Le serviteur n'est pas plus grand que le maître. Si on m'a persécuté, on vous persécuteront aussi; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.



Paniquer parce qu'on ne me hait pas comme on a haï Jésus. Au contraire, je me sens heureux et je fais de paisibles rêves. Personne ne me persécute. Je se suis donc ni un fidèle serviteur de Jésus, ni un de ses disciples ! Cette absence de persécution m'écarte de Dieu... d'où ma panique.

Avant l'alliance entre Constantin et l'Eglise, les chrétiens furent persécutés. Il est normal que ces chrétiens fussent persécutés, car ils appliquaient à la lettre les paroles du Christ ...

Le monde serait-il donc devenu meilleur grâce à l'alliance avec Constantin, Satan se serait-il humanisé ... Non, c'est le message de Jésus qui fut rendu plus acceptable, il fut simplement édulcoré pour satisfaire les empereurs les plus égoïstes.

Au lieu de continuer à persécuter les chrétiens, Constantin commença au contraire à les utiliser ... Ils devenaient utilisables

De dangereuse, l'Eglise était devenue "utilisable": elle était devenue un accessoire du pouvoir.

Constantin utilisa la religion du Christ pour unifier son empire et satisfaire ses ambitions. Dans ce but il aida à rédiger ce fameux Credo dont certains sont si fiers (Constantin n'était même pas chrétien !).

Parle-ton de l'amour du prochain dans ce credo ?

A titre de remerciements les papes devinrent puissants.

Lisez plutôt comment:

1) Les papes acquirent des états pontificaux, une armée, une police, une justice, un droit plus ou moins canonique.
2) Ils ont organisé ou fait organiser des croisades. On y a pourfendu du musulman pour délivrer "le tombeau du Christ". On tuait un peu comme tuent les terroristes.
3) Des dignitaires ecclésiastiques ont fait emprisonner, torturer, brûler vif des "hérétiques".
4) On attaqua Galilée
5) L'Ordre des Jésuites fut supprimé.
6) Ronald Reagan ayant demandé à Jean Paul II de le débarrasser de tous ces évêques pacifiques qui manifestaient sur le sol des Etats Unis, Jean Paul II lui obéit et utilisa les outils "ad hoc" élaborés par le cardinal Joseph Ratzinger. Ainsi Rome se débarrassa de Mgr Hunthausen, archevêque de Seattle. L'argumentation futile utilisée fut vite démasquée et Mgr Hunthausen reprit ses fonctions, mais chacun avait compris.
7) Rome fit aussi grise mine à Mgr Oscar Romero. Jean Paul II bloqua même le dossier de canonisation de ce martyr. Jean Paul II servit les intérêts de ceux qui tuaient les pauvres ... Comme l'apôtre Pierre, il reniait Jésus, par contre il soutenait des intérêts politiques (solidarisnoc) dans son propre pays.
8) l'Etat Belge accorde chaque mois un chèque plantureux à chaque évêque belge. Il subsidie aussi le clergé avec "de l'argent ferme ta gueule" ... et ils la ferment !

Toutes ces vénalités et d'autres encore sont contraires à l'esprit du Christ et aux lois de Dieu.

L'Esprit Saint inspirait l'Eglise nous racontait-on ! Il fournissait sans doute les allumettes pour enflammer les bûchers !

S'il y eut des Karl Marx et des Che Gevara, ce n'est pas parce que ces derniers étaient mauvais, mais parce que l'exemple n'était pas bon: l'image de Jésus qu'on leur donnait n'était pas crédible !

Certains ramenaient les évangiles à un "Opium" pour endormir le peuple et on les comprend.

Le pape François a bien compris la chose lui aussi et veut faire marche arrière ... mais comme il fallait s'y attendre, il se créa une opposition considérable. Il ne faut pas mésestimer Satan ...

Judas était un disciple de Jésus ...

Satan avait gagné, l'Eglise s'est tournée vers les riches ...



3. L'église ne doit pas cacher les chrétiens



Jadis on adorait Dieu un peu partout, les premières communautés chrétiennes n'avaient pas d'endroits spécifiques pour se rassembler... Les communautés se réunissaient là où elles le pouvaient ... Dans certaines villes on se cachait pour éviter les persécutions. Car il y avait des persécutions !

Après Constantin la crainte de s'afficher disparut et on se mit à construire des locaux spécifiques: des églises (ou leurs équivalents).

Cette belle petite église que vous voyez là, au milieu de votre village, c'est en réalité une prison dorée ... Le presbytère voisin abrite un concierge qui fermera la porte de cette prison. Une église n'est pas la maison de Jésus mais la prison dans laquelle on l'a enfermé. Il est là, caché dans un tabernacle fermé à clé lui aussi.

Hors de l'église se trouve le champ de bataille duquel Jésus est exclu. Certains de nos frères, que Jésus voudrait ramener à lui, se trouvent hors de l'église. Les chrétiens qui doivent être une lumière pour le monde, le sel de la terre doivent donc sortir de l'Eglise pour se mêler à eux...

L'église n'est pas une cachette à Chrétiens. Le tabernacle n'est pas une prison pour enfermer Jésus ...

L'église, devrait devenir une sorte de Station service dans laquelle le chrétien va se faire requinquer, chercher un compagnon... Aller à l'église n'est pas une fin en soi, c'est un endroit dont on ressort dès que toutes les batteries ont été rechargées.

Celui qui va à l'église n'y va que pour se préparer à en sortir ... il n'y va surtout pas pour s'y enfermer, apeuré, loin des autres !

Le but du Chrétien est de ramener Jésus sur la place publique ... de cesser d'être honteux de ses convictions, de cesser de se cacher derrière des murs ecclésiaux, derrière les portes fermées d'une église.

Lorsqu'une femme musulmane se promène avec l'un ou l'autre symbole de sa foi, loin de nous moquer d'elle, nous devrions l'imiter et devenir plus courageux. Notre comportement devrait afficher nos convictions, nous devrions être une "lumière pour le monde" ... Comment éclairer le monde derrière les portes closes d'une église.

Ne devrions-nous pas être fier de ce à quoi nous croyons ...



4. Les religions et le pouvoir



Dans les empires qui se sont succédés il y eut souvent une alliance entre la religion et le pouvoir. Les gens du peuple avaient vite compris que les hommes au pouvoir n'avaient aucune légitimité. Un puissant était simplement quelqu'un qui avait bien manipulé la loi "du plus fort" et s'était déclaré "puissant". En vieillissant, les forts s'affaiblissaient. Les Puissants décidèrent donc que le pouvoir devrait avoir une origine plus solide, une origine divine: Devenu moins puissant, un dieu leur garantirait un pouvoir céleste de longue durée ! Les divinités ne servaient donc qu'à soutenir le pouvoir. On devenait puissant "de droit divin" !

Les rois utilisèrent donc les religions pour se faire attribuer un pouvoir absolu. C'est sans doute ce que fit l'empereur Constantin et ce à quoi lui servit le pape Sylvestre. Je dis probablement, car il n'existe aucune preuve scientifique de ce que j'avance. Constantin loin d'être chrétien était Pontifex Maximus, une sorte de chef des religions païennes. On affirma qu'il fut baptisé sur son lit de mort, une affirmation scientifiquement incontrôlable ... S'il n'était pas chrétien de son vivant, c'est que la chose ne l'avait guère convaincu.

Il y eut des filles aînées de l'Eglise, des Saint Louis, des Majesté très Catholiques, des Gott mit uns ... Tous les puissants se cherchaient une protection céleste ... une légitimité divine !

Le Vatican s'est bien entendu adonné à ce jeu ... Ce qui n'aida pas à rendre l'Eglise plus crédible. Si l'Eglise fait une bêtise, la bêtise retombe sur Dieu ... !

Ne jetons pas de suite toutes les fautes sur les émules de ce pauvre Constantin. Le pape ne refusa pas lui non plus la possession d'Etats dits "pontificaux", des états dans lesquels il développait son pouvoir terrestre. Il faisait des guerres, enfermait des gens dans ses prisons, jugeait dans ses tribunaux, torturait, brûlait vif sur ses bûchers ... le Royaume de Jésus devenait de plus en plus "de ce monde". Le pape devenait un roi comme les autres rois.

Ce que Jésus avait refusé lors des tentations au désert, le pape Sylvestre l'acceptait ! Satan savait qu'il suffisait d'attendre ... "La chair est faible"...

Les papes eurent des appartements somptueux, des limousines de luxe, bref nous nous éloignions des sentiers poussièreux de Palestine, de la flagellation, de la crucifixion ...

Pour régler ses problèmes économiques un pape se mit même à vendre des "indulgences". On vendait des places au ciel un peu comme au cinema. C'est alors qu'intervint le moine Martin Luther. Martin Luther montra que cette confusion du temporel et du spirituel était contraire aux lois divines. Pour le faire taire, le pape l'excommunia et pop ! C'est donc suite à l'orgueil pontifical qu'est né le protestantisme germanique. Ce ne sont pas les protestants qui sont mauvais, c'est le pape qui n'était pas bon !

Quand quelqu'un n'est pas d'accord avec Rome, on te l'excommunie ... un peu simple, non ! Au XIX e siècle un pape avait excommunié un roi italien qui s'était approprié des "états pontificaux": on mélangeait encore temporel et spirituel à cette époque.

Le protestantisme anglais naquit ... la religion se régionalisait. On avait tous le même Dieu, mais il était adoré selon des rites régionalisés. Il n'y avait qu'un Royaume de Dieu; mais il y avait une église italienne, un église anglaise ... Le berger avait des brebis dans plusieurs enclos !

Jean 10:16
"J’ai encore d’autres brebis, elles ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, je dois les conduire. Elles m'écouteront : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur".


S'il y a plusieurs enclos (dénominations), Jésus y reconnait ses brebis à leur amour pour les autres (Jean 13:35). Il y a des brebis méthodistes, quakers, catholiques, baptistes ...

L'homme ne fera pas l'unité. Tout au plus fera-t-il une réunion administrative de certaines dénominations... Le Christ reconnaitra ses brebis et réunira les brebis de tous les enclos ! En attendant, nous pourrions développer sinon une unité, du moins une solidarité: Travaillons l'amour ensemble pour que Jésus reconnaisse ses brebis.

Si je suis catholique, c'est parce que je suis né dans une région catholique. Aux Indes il y a des anglicans, en Afrique coloniale française des catholiques ... le baptême servait à marquer les colonisés, un peu comme on marque les veaux au Texas ...

Voyant nos tromperies et notre mésentente, ne nous étonnons pas que certains soient devenus athées ... ne condamnons surtout pas ceux qui sont devenus athées. La lumière des Chrétiens n'éclairait plus ... Les vilains sont-ils les Karl Marx, Che Gevara, Fidel Castro, ... difficile à dire: le comportement des chrétiens était-il crédible ?

La religion n'est pas le pouvoir, mais l'amour !



5. La messe, repas ou sacrifice



Celui qui entre dans une église pour assister à une messe rejoint ceux qui sont déjà présents et prie avec eux. Le Christ est donc au milieu d'eux. Avec les participants, Jésus assistera lui aussi à la messe. Au moment de la consécration, on ... on quoi ? il est là, dans la foule, et le prêtre ne l'avait pas reconnu ! Oui, au moment de la consécration, on sonne des clochettes, chacun se recueille car on fait apperaître Jésus ... encore me direz-vous. Tout cela faii un peu incohérent ... On le fait apparaître, alors qu'il est là ...

N'importe quoi !

En fait, dans la cène, le Christ (présent là aussi) bénit le pain. Il le romp et en ditribue directement les morceaux à ses disciples. Chaque morceau communique tout Jésus à chaque disciple. Dans aucun des 3 évangiles (3 évangiles, parce que Jean ne décrit pas cet épisode) on ne parle du Christ qui soulève le pain pour nous faire croire que Jésus vient d'apparaître alors qu'il était déjà là. On distribue les morceaux et ce n'est qu'à la fin du repas que Jésus bénit le vin ... Nous avons déjà quitté l'église !

Qui a conçu cette transformation ? Quel était le but qu'il recherchait ? Jésus avait-il mal fait son travail, on se sait jamais avec ces dieux ... Confions plutôt le travail sérieux à un homme ...

D'un repas qui alimente l'âme, on a fait un sacrifice comme au Temple de Jérusalem. Or la cène n'était pas un sacrifice, mais un repas, un vrai repas ... même un repas d'adieu. La communion, c'est recevoir le Christ qui n'est plus visible, mais qui ne nous abandonne pas !

Le texte de l'ordinaire de la messe ne cite jamais le commandement principal du Christ: "aimez vous les uns les autres". Pourquoi ne cite-t-on pas un commandement qui semblait si important pour Jésus ? Le soir de la dernière cène, Jésus a pourtant dit et répété plusieurs fois ce commandement. Dans l'évangile de Jean, Jésus demande souvent que l'on s'aime les uns les autres. Mais l'Eglise a ses idées ... On dirait que ce commandement de Jésus fait peur à certains ! Aimer ... !

Par contre on te fout de la bible partout ... Hier on a même parlé de Dieu, lent à la colère, comme si Dieu était un colérique lent ... Dieu aurait-il des défauts ?

La colère est-elle une qualité ou un défaut ... "Dieu est lent à la colère" ... Il a des défauts lents ... !

Donc, on ne parle pas d'amour à la messe... on ne parle pas de s'aimer les uns les autres ... ! Satan préferait sans doute que "nous nous disputions les uns les autres" ou alors qu'on soit plus discret sur le sujet ... ce que l'on fait !

Ne soyez donc pas étonnés que loin de s'aimer, dans les pays chrétiens on se hait ... Parfois, perdu dans un sermon certains prêtres audacieux osent parler de Dieu Amour ...

Depuis la Résurrection de Jésus, on se pourfend, on se bombarde, on fait des génocides, des guerres mondiales ... et on enferme Jésus dans une église, comme cela pense-t-on qu'il ne nous voit pas. Ceux qui bombardent se disent tous disciples du Christ. C'est d'ailleurs parmi ces disciples-là que se trouvent les gens les plus riche du monde et ceux qui bombardent le plus ... Au Moyen Orient, les riches chrétiens vont massacrer les pauvres musulmans, comme du temps des croisades ... recommencerait-on ?

Hier, Trump était reçu par le pape. Trump venait de signer un accord de plus de 100 milliards de dollar pour vendre du matériel militaire à l'Arabie Saoudite. Les armes qu'il a vendue c'est pour tuer, mais cela crée de l'emploi... le pape le sait, mais il reçoit Trump ! Entre Puissants, on se comprend !

Tuer les uns crée de emploi aux autres ... La Belgique (FN) vend aussi des armes à l'Arabie pour tuer des Syriens ... L'Eglise se tait ... !

Jésus aurait chassé les vendeurs du temple ... avec des chaînes !

Non seulement on a édulcoré l'évangile, mais on en transformé les valeurs: au lieu d'aimer, les chétiens se haïssent: l'Espagne et le Portugal envahissaient l'Amérique, l'armée allemande envahissait la France; l'armée américaine envahissait le Viet Nam, l'Iraq, l'Ukraine, la Syrie ... ! C'est de l'amour tout cela !

Ces envahisseurs se disent tous chrétiens ... !

Jésus veut être d'être présent partout ... marquer de son sceau chacune de nos activités. Le dimanche matin on lui consacre une bonne heure et le reste du temps nous souhaitons qu'il reste sagement là où il est !

Jésus à l'église, Satan en ville. les murs de nos églises délimitent le terrain d'action de Jésus. ! On sépare Jésus et Satan !

Une heure par semaine on s'occupe de Jésus dans une église, le reste du temps on s'occupe de Satan hors de l'église !


br>

6. Invitons Jésus chez nous.



Ce n'est pas dans les églises, mais sur les places publiques que se trouvent ceux qui ne connaissent pas Jésus. Peu d'hommes sont foudroyés comme Saint Paul sur la route de Damas (on bombardait par là !). La plupart des gens discutent parfois pendant des heures. Ainsi, la conversion de Francis Collins commença dans un hôpital par un conversation de Francis avec une de ses patientes qui allait mourir ...

Imaginons que répondant à une de nos invitations, Jésus viennent ce soir dïner chez nous.

Assis à table il commence la conversation, prenant une coupe de vin comme apéritif, il parle de ce que l'évangeliste Jean nous décrivit dans les Chapitres 16-18 de son évangile.

Ayant fini son verre, Jésus se lèva et proposa de nous laver les pieds. Chacun se laissa faire. Jésus rappela la signification de cet acte et l'humilité qu'il est censé représenter. Si Jésus nous traite avec humilité, nous devrions nous aussi être humbles et laisser crosses et mitres au vestaire (ou les donner au Saint Nicolas du coin).

Jésus nous parla ensuite de l'amour que nous devrions avoir les uns pour les autres. Nous devrions devenir capables de tout donner à l'autre, même notre vie, ce qu' il fit lui-même, ce qu'avait aussi fait le Père Maximilien Kolbe dont il nous raconta la mort. L'amour infini serait de donner tout, même sa vie pour ceux qu'on aime. Jésus nous rappela que des athées avaient aussi donné leur vie pour les autres ...

Il nous rappela aussi que nous sommes pécheurs et lâches. Il nous demanda de ne pas le renier ...

Il prit la baguette de pain, la tendit à la maîtresse de maison et lui demanda de la bénir, de la rompre et d'en distribuer les morceaux aux convives, chaque morceau le contenant tout entier. Mâcher et avaler son morceau c'était intéger Jésus à notre corps: ainsi transformé, notre corps deviendrait un outils à son service.

L'un de nous s'étonna de l'avoir vu tendre la baguette à une femme. Jésus nous exprima lui aussi son étonnement ... demandant à son interlocuteur si il avait un problème avec les femmes ...

Jésus dit alors que la bénédiction et la rupture du pain pouvaient être réalisés indifféremment par un homme ou par une femme, car "il" était celui qui était distribué; l'important, c'était de le recevoir lui et pas de bénir puis de rompre le pain.

Si Jésus était né dans un pays moins machiste, il aurait pu être femme. S'il était là, dans les morcreaux de pains rompus, c'est parce qu'il en avait ainsi décidés. L'important précisa-t-il n'était pas l'homme ou la femme qui officiait mais lui qui avait décidé d'être ainsi distribué.

Si Jésus n'était pas né femme, c'était pour ne pas être lapidé ou crucifié de suite ... Imaginez une femme osant dire aux prêtres juifs ce que comme homme il avait osé dire: c'est le moment de relire dans les évangiles les conversations entre Jésus et les prêtres d'alors (et de se demander ce qu'il aurait dit aux prêtres de maintenant) !

Si les prêtres de maintenant se déguisent, c'est pour bien nous cacher ce qu'il y a en dessous !



Joh 16,23
" Was ihr vom Vater erbitten werdet, das wird er euch in meinem Namen geben."

Au nom de Jésus, Père, je vous demande que pendant les relectures de ce texte je cherche à ce qu'il correspondent à votre vérité.
Jean Pierre HERVEG