Une école pour former et sélectionner les altruistes

Introduction

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. (Actes des Apôtres 20.35)

On dit que les fils de riches deviennent de plus en plus riches et les fils de pauvres, de plus en plus pauvres, certains pensent que le processus est héréditaire ... En réalité, il n'en est rien, le processus est simplement acquis.

L'égoïsme est acquis lui aussi. Depuis des siècles on a tondu les moutons et on continue à tondre ! La tonte fut enseignée en famille.

Beaucoup de structures participent à la tonte des pauvres . Ici on se bornera à en étudier deux d'entre elles: la famille et l'école.

L'utilisation de l'école pour apprendre l'altruisme sera proposées ensuite.




1. le rôle de certaines familles dans le processus

1. les familles riches

Les tentations aux désert:
Evangile selon St Luc, IV: 5-8

L 4.5
Le diable, l'ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,

L 4.6
et lui dit: Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux.

L 4.7
Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.

L 4.8
Jésus lui répondit: Il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.(Evangile selon St Luc, IV: 5-8)

https://www.info-bible.org/lsg/42.Luc.html#4

L'éducation familiale est le principal moteur du processus. Le jeune est placé dans l'équivalent du désert: ainsi il est isolé. on lui montre ensuite ce qu'apporte la fortune, villa luxueuse, voitures de luxe ... Sur le chemin de l'école, on lui montre les maisons plus pauvres. On lui explique le rôle de l'école et de beaux résultats scolaires dans l'élaboration des différences. Ceux qui n'obtienne pas de beaux réultats scolaires deviennent ouvriers ... Ce qu'il faut simplement c'est devenir le meilleur de la classe et ne pas fréquenter les autres.

Les riches s'isolent souvent dans des maisons ou des appartements luxueux, construits dans des quartiers chics. Les maisons est séparées de leurs voisines par des grands jardins fleuris ou des parcs boisés, clôturés par de hauts murs. Les enfants sont ainsi protégés contre une contamination populaire. Pour pénétrer dans une de ces propriétés, il faut d'abord pénétrer dans le quartier bourgeois, ensuite il faut une clé pour ouvrir la grille. On peut aussi sonner et montrer "patte blanche". D'autres procédés sont utilisés pour isoler les enfants dans les appartements. Les enfants sont ainsi isolés d'une partie du monde. On peut procéder maintenant au lavage de cerveau et en faire de parfaits prtits egoïstes

Vous avez peut-être remarqué qu'on à aussi tenté d'isoler le Pape François de la même façon. Il a refusé les appartements princiers, les voitures de luxe .... Au lieu de s'isoler dans un appartement princier, il a opté pour une sorte de motel.

Les papes sont habituellement bien protégés. Ils ne rencontrent que des personnes triées par ... Généralement des gens puissants, surtout pas par des pauvres. Le pape est censé représenter le Christ qui faisait juste l'inverse. Satan aimait aussi les gens puissants, ils sont faciles à tenter ...

François aime les contact des pauvres ...

On voulait lui apprendre à devenir pape ... Il n'avait pas de don !

Le soir, le fils de riche monte dans sa chambre. Il peut y amener son ordinateur, mais ne peut utiliser la connexion internet qu'avec l'autorisation parentale. Il n'y a pas de câbles dans les chambres et le père peut contrôler l'utilisation du WIFI. Le père ne regarde pas la TV. Il ne joue pas sur internet, mais il travaille, parfois avec internet. Pour le gosse, travailler c'est donc faire comme papa !

Les parents apprennent au jeune qu'on doit "arriver dans la vie". Pour arriver il faut beaucoup d'argent. Arriver, c'est d'abord avoir une belle auto comme celle de papa et une voiture secondaire comme celle de maman. Arriver, c'est aussi avoir une propriété avec une grande maison et des garages. Arriver, nécéssite beaucoup d'argent ... Pour arriver, il faut travailler à l'école et être le premier. Cela fait un peu "démon tentant le Christ au désert".

Le fils va donc à l'école pour apprendre, être dans les premiers et arriver. Qu'il est diffcile de résiter aux tentations de ce monde !

Le Jeune Homme riche:
Evangile selon St Luc, XVIII: 20-24

L 18.20
Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d'adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère.

L 18.21
J'ai, dit-il, observé toutes ces choses dès ma jeunesse.

L 18.22
Jésus, ayant entendu cela, lui dit: Il te manque encore une chose: vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis, viens, et suis-moi.

L 18.23
Lorsqu'il entendit ces paroles, il devint tout triste; car il était très riche.

L 18.24
Jésus, voyant qu'il était devenu tout triste, dit: Qu'il est difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu !

https://www.info-bible.org/lsg/42.Luc.html#18



1. les familles moins riches

Quand on est moins riche, on habite souvent des appartements plus petits, des maisons mitoyennes, des maisons dont le jardin est derrière, rarement autour. La maison du pauvre est très petite et sans jardin. Les pauvres habitent parfois des HLM. Les maisons donnent directement sur la rue, le rendez-vous des gosses.

L'enfant rentre de l'école, papa rentre aussi. Papa est fatigué et s'installe dans un fauteuil face à la TV. Il prend une chope et la boit. Le gosse doit débarrasser le terrain et est expédié dans sa chambre pour faire ou non son travail scolaire. Il se sent punis. Il a travaillé toute la journée, comme son père, mais celui-ci peut regarder la télé et lui doit travailler. Une véritable injustice!

La mère a aussi travaillé toute la journée, mais au lieu de regarder la TV, elle prépare le souper. Cet esclavage féminin est considéré comme normal ! C'est sans doute un exemple pour les enfants ...

Heureusement l'enfant sait utiliser et le Wifi et son ordinateur. Il va donc jouer, seul ou avec d'autres qui partagent sa situation: il n'est pas isolé. Sa connexion Internet n'est pas contrôlée, d'ailleurs qui songe à contrôler. A l'heure du souper, il mangera vite, ses copains l'attendent sur "Facebook" ou un autre de ces sites appelés "sociaux". Il passera parfois la nuit à communiquer avec ses copains et sera fatigué dès le matin. Il ira dormir en classe et sera un mauvais élève.

Le Gouvernement ne contrôle pas Internet: il participe lui aussi au processus. Certains politiciens sont financés par les groupes qui bénéficient de cette soi-disant liberté du Net.

Les jeux videos ne sont pas des jeux éducatifs, mais ils permettent les rêves: rouler dans des voitures puissantes, tuer des policiers pour éviter les contrôles et s'exercer à une foule de choses qui permettent de développer l'esprit voyou. Inutile de signaler que ces jeux sont en vente libre ... On se demande d'où viennent nos hommes politiques et ce qu'ils font.

Les pères amènent les gosses au match, au cinéma ... ils vont voir des films comme Star War, des films qui font rêver d'un monde inexistant, un monde loin du réel dans lequel ils vivent. Ils achètent parfois des personnages ou des gadgets qui permettent de prolonger ces rêves. Bref on détourne leur attention vers des rêves célestes pour qu'ils ne regardent pas sur la terre: Panem et circenses ... L'opium du peuple !

Jadis on utilisait la religion pour endormir le peuple, maintenant on utilise l'Internet.

Après ces petits élément d'éducation familiale, on peut passer maintenant à l'éducation scolaire.



2. le rôle de l'école dans l'éducation

Des enseignants remarquables passent un temps considérable avec les élèves les moins intéressés, avec ceux qui voudraient dormir. Ils tentent de leur inculquer des notions d'orthographe ou d'arithmétique ... Leur effort est parfois couronné de succès, mais c'est rare, très rare ! Il est difficile d'intéresser ceux qui ont utilisé Face Book tout la nuit et qui voudraient se reposer le jour en classe.

Le temps pris par cette courageuse pédagogie endort les autres élèves, ceux qui comprennent vite. J'avais le malheur de faire partie de ceux-là, à l'école donc j'ai surtout appris à dormir. Maintenant encore, dès qu'un orateur commence à parler, je m'endors; un réflexe me direz-vous ... oui, mais un réflexe appris à l'école ! J'aurais du faire l'école buissonnière.

On aurait pu m'apprendre à aider les autres; non seulement je n'aurai pas appris à dormir, mais j'aurais appris à me rendre utile !

Certains enseignants négligent d'office les moins intéressés, se limitant à "instruire" ceux qui comprennent vite. Ces enseignants-là me tenaient éveillés, mais ils endormaient les autres.

Comme dans une école il y a à la fois de bons et de mauvais enseignants, nous avons tous appris à dormir ... Nous aurions du rester au lit, bien au chaud au lieu d'aller à l'école. Nous voici encore face à ce problème de l'école buissonnière !

Dans certaines villes, il y a des gosses qui ne vont pas à l'école, qui ne sont jamais allés à l'école ... l'analphabétisme se développe. La justice n'a soi-disant pas le temps de s'occuper de ce problème. Jadis, un jour d'absence suffisaient pour que deux gendarmes à vélo viennent demander une explication aux parents ...

Il y a des examens ! Les premiers de classes réussissent et les autre échouent. On fait des examens pour la frime, on connaît d'avance les résultats. Il y a même des écoles où ce sont les enseignants qui organisent les examens ... par souci d'objectivité sans doute.

Au centre de recrutement militaire de Bruxelles (au Petit Château, comme on disait), j'ai tout fait pour rater l'examen de sélection pour devenir officier de réserve, je donnais des réponses fausses à toutes les questions. Mes voisins peinaient pour tenter de réussir et de donner des réponses exactes. Je suis le seul à avoir réussi. J'étais médecin et il fallait des médecins. L'examen était bidon ...

Dans nos pays, il y a en gros trois niveaux d'enseignement, chacun dure plus ou moins 6 ans. Le passage d'un niveau au niveau supérieur dépend de la réussite de l' examen de fin d'études du niveau précédent.

Pour passer du niveau primaire au niveau secondaire, il faut passer le certificat d'étude. Beaucoup d'entre nous ont passé et réussi cet examen. Porteur du certificat, j'ai commencé des humanités, les autres sont devenus ouvriers ou employés. Pourquoi, certains étaient bien meilleur que moi ?

A onze ans, l'enfant est encore mineur. Il ne décide pas de son avenir. Ce sont les parents qui décident.

Je suis ouvrier et mon fils sera ouvrier m' affirmait un père. Le père et la mère sont morts jeunes et le gosse a fait de brillantes études universitaires.

Vous me demanderez quel est le pourcentage de ceux qui, ayant obtenu leur certificat d'études se sont arrêtés ainsi au niveau primaire ... Les gouvernements devraient publier ces résultats: ils auraient sans doute peur de les publier ? Les mauvaises langues diraient qu'il reçoivent de l'argent pour ne pas les publier.

Un ami me demanda d'aider son fils qui avait des difficultés en chimie. Je demandai au fils de me donner cours de chimie, me traitant comme si il était lui, le professeur et moi l'élève. Ce fut une pénible expérience, car je ne comprenais rien. A plusieurs reprises je demandai à mon "professeur" de me préciser certains points. Malgré ses efforts l'ensemble restait incompréhensible. je demandai alors à voir le texte qu'il utilisait, pas ses notes, mais le texte distribué par le professeur. Je reçu des photocopies mal faites: le texte professoral était un charabia incompréhensible. J'allai dans une librairie acheter un livre de cours au bon niveau, un vrai livre. Je remis ce livre à l'étudiant. Il l'utilisa et me donna un enseignement parfait. Il réussit tous ses examens. C'était un bon élève, mais le professeur ... Oui, il y a de mauvais professeurs. Il y a par contre de bons livres et même s'ils sont chers il faut les acheter (on achète bien des gadgets de Star Wars qui sont eux très chers). Je ne vendais pas de livres, mes cours étaient sur le net .

Un élève m'expliqua que son professeur n'était pas intéressé par ses élèves. Ainsi, un quart d'heure avant la fin, il empaquetait son matériel pour être sûr de ne pas rater son bus. Les élèves ressentaient cette manoeuvre, comme la preuve que le professeur pensait plus à son départ qu'à sa fonction ... Vous me direz qu'il n'y a pas moyen d'évaluer la motivation. Je pense qu'il y a quand même moyen d'utiliser son pied pour "botter les fesses" des non motivés. On punit bien les élèves.

Ces enseignants-là sont peut-être peu nombreux, mais ils sont responsables du peu de respect qu'ont les élèves actuels vis à vis des professeurs. On devrait "foutre dehors" les professeurs de ce type, quelque soient leur protections syndicales.

Les directeurs d'écoles devraient être nommés de façon indépendante et pas élus. Il faudrait aussi revoir la centralisation étatique, liquider certains pontes et renforcer l'autorité des "Pouvoirs Organisateurs" locaux.

Dans mon collège, les programmes étaient imposés par les Pères jésuites et on se débarassait des mauvas professeurs (pour ce faire il suffisait de faire corriger les examens ailleurs et de voir les résultats).

Les professeurs doivent se rappeler qu'ils sont des modèles pour les élèves ! Si un professeur n'est pas intéressé par ce qu'il fait, l'élève ne le sera pas non plus.

L'Ecole a un rôle très important à jouer dans un pays. Un mauvais professeur est un incivique.



2. Etre compétent et altruiste

La Parabole des Talents:
Evangile selon St Matthieu XXV,14-29

MAT 25.14
Il en sera comme d'un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens.

MAT 25.15
Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit.

MAT 25.16
Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents.

MAT 25.17
De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres.

MAT 25.18
Celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un creux dans la terre, et cacha l'argent de son maître.

MAT 25.19
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte.

MAT 25.20
Celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit: Seigneur, tu m'as remis cinq talents; voici, j'en ai gagné cinq autres.

MAT 25.21
Son maître lui dit: C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

MAT 25.22
Celui qui avait reçu les deux talents s'approcha aussi, et il dit: Seigneur, tu m'as remis deux talents; voici, j'en ai gagné deux autres.

MAT 25.23
Son maître lui dit: C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

MAT 25.24
Celui qui n'avait reçu qu'un talent s'approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé, et qui amasses où tu n'as pas vanné;

MAT 25.25
j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi.

MAT 25.26
Son maître lui répondit: Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que j'amasse où je n'ai pas vanné;

MAT 25.27
il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j'aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt.

MAT 25.28
Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents.

MAT 25.29
Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.

"Aimez-vous les uns les autres" (Jean 13.35)

L'école et la famille doivent promouvoir l'altruisme. Une société fonctionne mieux avec des gens qui s'intéressent aux autres. L'enseignement coûte cher à la communauté. Or, l'argent de la communauté provient des impôts prélevés sur la population, il doit donc servir à tous et pas à une minorité. Il doit donc être utilisé pour former des gens qui s'intéressent aux autres.

On ne naît pas altruiste, mais on apprend à le devenir. Nous proposons donc à l'école de former à l'altruisme aussi.

Voici un schéma général:

rechercher le talent de chacun

Dans une classe, chaque élève préfère une des matières enseignées, il a au moins un talent. Ainsi, certains élèves préfèrent les mathématiques, d'autres le sport, d'autre l'anglais, d'autres la menuiserie ...

former des groupes pour chaque talent

On peut donc diviser les élèves en groupes selon leurs talents.
L'idée est d'associer ces groupes d'élèves à la formation des autres élèves, en partageanr les talents. Ils s'associeraient ainsi aux professeurs et deviendraient responsables de l'apprentissage des autres. Les Professeurs organiseraient le système: au lieu de dormir, ceux qui ont des talents les valoriseraient et, en même temps apprendraient l'altruisme.

Prenons comme exemple le groupe qui préfère les mathématiques. Avec les conseils du professeur de mathématiques, les élèves du groupe choisiraient un manuel (il y en a, et de très bons). Chaque élève de la classe devrait achèter ce manuel. Il y aura bien sûr des élèves et des parents récalcitrants. Signalons que ces manuels sont moins coûteux que le moindre petit gadget de Star Wars par exemple. Ces manuels sont toujours mieux rédigés que ces photocopies qu'on voit souvent. On peut aussi se servir d'Internet. Méfiez-vous des "rigolos" qui vous disent de se méfier de Wilipedia par exemple, affirmant qu'il y a des erreurs sur Wikipedia. Ils vendent souvent d'infâmes photocopies pour arrondir leurs mois: s'ils inventent des trucs sur wikipedia, c'est pour valoriser les torchons qu'ils vendent très cher.

Le groupe s'organisera pour expliquer chaque chapitre au reste de la classe. Le problème, sera où et quand fera-t-on cela. Ceci doit être déterminé en fonction des possibilités qui existent ou que l'on créera.

L'objectif serait que tous sachent utiliser la théorie pour résoudre les problèmes qui se trouvent dans les manuels.

Il faut bien entendu évaluer ... il faut donc être capable de faire des examens. Des examens non pas pour classer les élèves, mais pour voir si l'enseignement a été efficace. Contrairement à ce que certains pensent, l'école sert à former, pas à classer !

En faisant corriger ailleurs on obtient des résultats plus objectifs.

Dans mon collège, le professeur de mathématiques donnait à étudier le cours comme leçon et ne faisait que des exercices. Il refusait de donner la théorie, disant que nous savions lire et que ceux qui rédigeaient des manuels pour les élèves savaient bien mieux que lui écrire pour leur public.

On ferait de même pour le sport, le français, l'anglais, l'allemand, le latin ... que sais-je.

On vous dira avec raison qu'établir ce type d'enseignement n'est pas simple. On rencontrera des obstacles et il faudra les vaincre. Il faudra expérimenter. Ce genre d'expérimentation n'est pas facile à mener dans les pays comme la Belgique ou la France. Ces pays ont en effet hérité d'une administration rigide et poussiéreuse, qui vise à maintenir le plus longtemps posible le statu quo. Laissons mourir les morts et tournons nous vers l'avenir.

Les syndicats sont des grands défenseurs du statu-quo, le moindre changement fait peur aux affiliés qui y voient un risque de fatigue, alors qu'ils aspirent au repos. Malgré un soi-disant dynamisme verbal, ils sont souvent très, très conservateurs.

Le système proposé doit être expérimenté dans des pays dynamiques et par des équipes désireuses de progresser. Nous faisons ici un clin d'oeil à ceux qui veulent lutter contre l'élitisme. Nous pensons ici particulièrement à la Compagnie de Jésus, dont les techniques d'enseignement sont parmi les meilleures au monde.

Nous pensons aussi à certains pays jeunes en Afrique et en Amérique du sud. En Europe on recherchera plutôt les bonnes raisons de ne rien changer. Rien ne vaut les valeurs sûre de la tradition.

J'ai connu des étudiants de haut niveau, certains avaient appris l'altruisme à l'école d'autres étaient de parfaits égoïstes.

Il faut dès le début prévoir les tentatives de récupération, mon expérience m'a montré que l'on récupère tout.