Faire la guerre



1. La guerre et l'évangile



1. Selon St Jean:

Jean 13:34 et 35
Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés (mort crucifié), aimez-vous les uns les autres. On reconnaîtra que vous êtes mes disciples, au fait que vous vous aimerez les uns pour les autres.
https://www.info-bible.org/lsg/43.Jean.html#13

Jean 18:10 et 11
Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Malchus.
Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-je pas la coupe que le Père m'a donnée à boire ?

Jean 18.36
Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs; mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas.

2. Selon St Matthieu:

Matthieu 5:43 et 44
Vous avez appris: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent ...
http://saintebible.com/matthew/5-44.html

Matthieu 26:51-54
Et voici, un de ceux qui étaient avec Jésus étendit la main, et tira son épée; il frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l'oreille.
Alors Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée.
Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l'instant plus de douze légions d'anges ?

3. Selon St Luc:

Luc 12: 49-52
Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu'ai-je à désirer, s'il est déjà allumé ? Il est un baptême dont je dois être baptisé, et combien il me tarde qu'il soit accompli! Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois.
http://saintebible.com/luke/12-50.htm

Attention, ici le feu n'est pas celui de la guerre, mais l'Esprit Saint ! (NDLR)

Luc 14.25:31 et 32
Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille ?
S’il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix.

Luc 22:50 et 52
Et l'un d'eux frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l'oreille droite.
Mais Jésus, prenant la parole, dit: Laissez, arrêtez! Et, ayant touché l'oreille de cet homme, il le guérit.

4. Selon St Marc:

Marc 14.47
Un de ceux qui étaient là, tirant l'épée, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l'oreille.



Une juste guerre



Certains pays ont économie de guerre, c'est à dire qu'ils produisent des produits qui servent à faire la guerre. Ainsi ils construisent des chasseurs et des bombardiers plutôt que des avions civils.

En temps de guerre, on renouvelle fréquemment ces produits. Ces industries profitent de ce renouvellement rapide: un avion civil est renouvelé moins souvent qu'un avion militaire. La même firme produira plus d'avion qu'en temps de paix. Elle produira aussi des avions plus coûteux, des avions de chasse F35 par exemple.

La paix amène souvent le chômage: on supprime ce chômage en engageant des soldats et et des ouvriers. Faire la guerre unit patrons et syndicats.

Ensemble, la droite et la gauche poussent les gouvernements à faire ou faire faire la guerre. Au besoin ils versent des bakchichs aux hommes d''état. Certains chef d'état se laissent corrompre et inventent des impératifs moraux pour expliquer leurs interventions.

Busch est intervenu en Iraq pour des "raisons tout à fait morales", pas pour du pétrole, Saddam Hussein était sans doute pire que les émirs alliés voisins. Bush faisait une guerre pour le bien ... Je me méfierai de ces pays voisins et de leur pétrole ...

Mais ces gentils émirs étaient des amis à Busch !

Une juste guerre, c'est cela: une simple invention de motifs crédibles.

Il y a des théologiens "gogos" qui croient aux casus belli qu'on invente ... parfois ce n'est pas de la foi, mais de la corruption.

Si vous trouvez un texte évangélique autorisant une guerre, publiez-le !



3. témoignages



1 . Une nuit sur un champ après une bataille

C'était sur un champ près de Diest en 1914. Mon cousin Maurice était étendu, entouré de ses hommes tous gravement blessés, le calme était revenu. Il allait faire nuit. Mon cousin, un shrapnel dans la jambe ne pouvait se lever et secourir ses hommes, de jeunes recrues. Il les entendait gémir, pleurer, crier Maman, hurler ... L'enfer, ça devait être comme cela me di-il.

Des brancardiers allemands sont finalement arrivés. Ils les ont traités avec gentillesse et les ont amenés à l'hôpital de campagne pour les soigner. Quelques uns, dont mon cousin, furent placés dans un train de blessés et amenés à l'hôpital militaire de Köln (Cologne). Ils y furent soignés avec gentillesse. Mon cousin s'est sauvé pour rejoindre les troupes sur le front belge. Il fut le seul colonel socialiste et militant pacifiste ...

Un jour que je traversais Bruxelles avec lui, il m'a montré la tombe du soldat inconnu. Il a ôté son chapeau s'est penché vers moi et m'a dit: "un copain d'alors".

2. La nuit, au milieu de ceux qu'on vient de bombarder

Mon oncle Ernest, qui parlait et écrivait très correctement l'anglais et l'allemand fut engagé dans la CIC, la CIA de 1945.

Il fut infiltré dans les ruines d'une ville allemande qui venait d'être bombardée. L'un des bombardiers américains avait été abattu. L'équipage était descendu en parachute sur la ville qu'il avait bombardée. Le pilote était le fils d'un des bonzes de Washington. C'était ce fils que mon oncle devait retrouver.

Il le retrouva, du moins son cadavre, un cadavre sur lequel s'était acharnés les survivants du bombardements, un cadavre au milieu de ceux des civils tués par les bombes.

De retour à Bamberg, L'officier supérieur lui dit que quelque soit l'horreur du rapport, mon oncle devait l'envoyer aux parents du pilote pour leur faire comprendre ce qu'était la guerre.

3. Former des para-commandos.

Les gens de ma province sont pauvres et les seules manières de faire des études étaient la religion ou l'armée. Mon Cousin Jean opta pour l'armée. Il devint officier para commando.

Après quelques mois, il me dit qu'on lui envoyait des voyous et que grâce aux techniques qu'il leur apprenait, ils devenaient de vrais criminels. Leur casernements se trouvait près d'un camping. Pour se divertir les hommes faisaient des sorties nocturnes pour violer l'une ou l"autre femme qui campait là.

L'armée savait comment apaiser les feux ainsi provoqués, mais mon cousin n'aimait pas ce système et s'engagea comme officier parmi les casques bleu de l'ONU.

4. Solutions militaires des conflits.

Loin de résoudre les problèmes, un guerre en amène d'autres. Par exemple la guerre de 1870, provoque une revanche en 1914-1918 Le traîté de Versailles qui termina celle-ci causa celle de 1940-1945. Je pense que le tout fait plus de 100 millions de morts: l'homme a énormément progressé depuis l'âge de la pierre. On nous dit qu'à cette époque, l'homme était primitif.



4. Les Justes guerres



Fin de la guerre 1914-1918.

Face aux responsables des alliés, il y avait le peuple allemand et les responsables allemands. Les responsables allemands avaient entrainés le peuple allemand à combattre des peuples voisins.

Les responsables alliés ont puni le peuple allemand en lui imposant des mesures qui constituaient une revanche. Les responsables alliés ont voulu humilier les allemands, non pas en fonction d'une justice quelconque, mais en raison de la loi du plus fort. Ce ne sont pas les responsables de la guerre qu'on a humilié, mais la chair à canons.

Au lieu d'une vengeance, on aurait du terminer les combats par une tentative de réconciliation. C'eut été plus chrétien. Le peuple allemand est constitué de gens comme tous les travailleurs de cette terre.

Les première punition furent des levées d'un impôt très difficile à supporter. Les réaction populaire rendirent intenable la position de la première république ...

la crise économique

La crise économique rendit la situation encore plus insoutenable, affamant la population. C''était une crise bancaire, assez artificielle, ressemblant fort à celle qui vient de survenir maintenant. Je ne sais pas s'il s'agit d'une crise liée à la faiblesse du capitalisme ou au désir de certains banquiers de s'enrichir davantage.

Le bruit couru que la crise était organisées par les banques et dans le monde on associe souvent banque et veau d'or. On assista au développement d'un antisémitisme incontrôlable, mai facile à manipuler.

la dictature

Humiliation de la population, faim, esprit de revanche furent des facteurs prépondérants parmi ceux que choisirent les tenant du Nazisme.

Le silence du Pape face aux atrocité NAZIES

Pie XII oublia qu'il était le représentant de Jésus et au lieu d'affirmer clairement que les positions NAZI concernant les Handicapés (bouches inutiles) antisémitisme était opposées à l'évangile, il joua au diplomate. Il aurait aussi du soutenir officiellement les évêques et les martyrs opposés au Nazisme. Si Jésus avait voulu, il aurait aussi fait de la diplomatie ou appeler une nuée d'anges pour le secourir. Il n'aurait pas été crucifié ...

Heureusement qu'il y eut de vrais Chrétien comme Mgr von Gallen, Mgr Von Preising, l'abbé Bernhard Lichtenberg, Oscar et Emilie Schindler ... car s'il fallait compter sur le Vatican !

Récemment Naom Chomsky avait affirmé que le message du Christ était le seul message radical face aux fausses valeurs du monde. Dans le message du Christ il n'y a ni concessions ni diplomatie. Lors des tentation au désert, le Christ a fermement refusé toutes concessions. La diplomatie fut une concession faite à Satan lors des accords avec l'empereur Constantin: les grands de la terre doivent user de diplomatie entre eux ! Je suis sûr que le Royaume du Christ soit de ce monde et que les Grands de ce Royaume diffèrent de ceux d'ici !

Le pape espérait sans doute qu'Hitler diminuerait son antisémitisme. Il pensait peut-être rallier Satan à force de diplomatie.

L'Eglise Catholique est devenue molle. Après avoir lu l'évangile, beaucoup s'en sont séparés pour métastaser.



5. Quelques pacifistes



a) Le RP Dan Berrigan s. J.



Matthieu 5:15
et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. berrigan
"I began to change in the early 1960s, when I started getting to know people on the Catholic left like Dan Berrigan and Dorothy Day-really wonderful people. And then I went to Central America a couple of times. One of my closest friends was the rector of UCA-the Jesuit University in Nicaragua-César Jerez... "
["Oppression Is Not a Law of Nature" An Interview with Noam Chomsky]
https://chomsky.info/20150409/

RP. Daniel Berrigan, S.J.
Prêtre, Pacifiste, Poète et Prophete
par LUKE HANSEN, S.J.

Daniel Berrigan (1921-2016) est un prêtre jésuite et un poète qui, durant des décennies, poussa les catholiques américains à rejeter la guerre et les armes nucléaires. Il est décédé le 30 Avril 2015 à l'âge de 94 ans. Il était jésuite depuis 1976 et un prêtre durant 63 ans. Le RP Berrigan S.J. est décédé à Murray-Weigel Hall, une résidence jésuite du campus de l'Université de Fordham dans le Bronx, (N.Y). Il était entouré de sa famille et de ses amis.

Sa nièce, Frida Berrigan écrivit pour annonver sa visite: «Nous avons medité sur sa longue vie et nous avons été émerveillés par la profondeur et l'ampleur de son engagement pour la paix et la justice. Nous sommes

conscients que personne ne peut continuer à porter seul un tel fardeau, il y a là assez de travail pour nous y mettre tous. Nous pouvons aller de l'avant et poursuivre son oeuvre pour l'humanité. »Son oncle était calme, il était prêt à la mort. Son esprit est libre, il est vivant et vous attend." Daniel Berrigan est l'un des jésuites américains les plus influents du siècle dernier, un jésuite comme John Courtney Murray et Avery Dulles. Prêtre: un poète, un maître de retraite, un professeur, un pacifite, un ami et un mentor, il est l'auteur de plus de 50 livres sur l'Écriture, la spiritualité et la résistance à la guerre. Berrigan a reçu le Prix Campion de la revue America en 1988.

Géant de la littérature, il était surtout connu pour ses actes courageux de désobéissance civile contre la guerre du Vietnam et les armes nucléaires. Il a brûlé des feuilles de circonscription avec un napalm fait-maison et plus tard il a martelé des armes nucléaires en se réferant au texte d'Isaïe «Ils forgeront leurs épées pour en faire des socs de charue" (Isaïe 2: 4). Ses actions poussèrent les catholiques et les Américains à réexaminer leurs relations avec l'État et à rejeter tout militarisme. Constamment il se poait la même question et la posait aussi aux autres: "Que nous demande l'Evangile ? "

Daniel J. Berrigan est né le 9 mai 1921, à Virginia (Minnesota), Il était le cinquième de six garçons. Il a grandi dans une ferme près de Syracuse, N.Y. À 18 ans, il est entré dans la Province de New York de la Compagnie de Jésus.

Lors de sa première mission d'enseignement, au Prep Saint-Pierre à Jersey City, (N.J.), fin des années 1940, Berrigan poussa ses étudiants à traverser l'Hudson pour apprendre à connaître le groupement des ouviers catholiques (de Dorothy Grey). Ils ont douvent assisté aux conférences de la série intitulées: «clarification de la pensée".

Le vendredi soir, des conférenciers y abordait des sujets importants pour le jeune mouvement ouvrier catholique. C'est là qu'il a rencontré Dorothy Day (Une militante cayholique américaine). "Dorothy Day m'a appris plus que tous les théologiens", a déclaré Berrigan dans La Nation en 2008. «Elle m'a réveillé aux relations que je ne l'avais pas faites ni apprises à faire. les corrélations entre la misère humaine et la pauvreté dans una nation avec des buts guerriers.

Elle avait un espoir de base, celui que Dieu avait créé le monde avec suffisamment de ressources pour tous, mais insuffisant si on y ajoutait les objectifs guerriers. "Ordonné prêtre le 19 Juin, 1952, Berrigan est allé en France pour une année d'études et de ministère, les étape finales de la formation jésuite. En France il fut influencé par le les Prêtres Ouvriers. Il fit sa profession finale lors de la fête de l'Assomption en 1956.

Berrigan a enseigné le français et la philosophie à Brooklyn Preparatory School entre 1954-1957. Il a remporté le prestigieux prix Lamont de poésie en 1957 pour son premier livre de poésie, "Temps Sans Nombre", puis enseigné le Nouveau Testament à 'le Moyne College à Syracuse, (NY)' en 1963, il entame une année de Voyage, passe du temps en France, en Tchécoslovaquie, en Hongrie, en Italie, en Afrique du Sud et en Union soviétique. Il a rencontré le désespoir des jésuites français face à la situation de l'Indochine, les États-Unis hésitant jusqu'à leur participation militaire au Vietnam.

Berrigan est rentré en 1964, convaincu que la situation au Vietnam "ne pouvait qu'empirer ."Alors, j'ai commencé à crier aussi fort que je le pouvais: non à à la guerre ..." Mais on ne pouvait pas revenir en arrière. Berrigan a alors co-fondé le Mouvement catholique pour la paix et le groupe interconfessionnel Clergé et Laïcs concernés par le problème du Vietnam.Parmi les dirigeants, il y avait Martin Luther King Jr., Richard John Neuhaus et Abraham Joshua Heschel. Berrigan correspondait régulièrement avec Thomas Merton, Dorothy Day et William Stringfellow.

Il fit aussi des voyages annuels à l'abbaye de Gethsémani, la résidence de Merton, pour donner des conférences aux novices trappistes. Dans un de ses livres :"Conjectures of a Guilty Bystander (1966)", Merton décrit Berrigan comme «une intelligence à la fois chaude et gagnante et comme un homme qui, plus que n'importe, a le véritable cœur large et simple du jésuite: zèle, compassion, compréhension et liberté totale. Il suffit simplement de le voir suffit pour redonner espoir dans l'Eglise ».

L'année 1968, une période dramatique d'assassinats et de manifestations secoua la conscience des Etats-Unis. Elle s'est révélée un un tournant pour Berrigan. En Février, il s'est envolé pour Hanoi (Vietnam du Nord) avec l'historien Howard Zinn et là; il a participé à la libération de trois pilotes américains. Durant leur première nuit à Hanoi, ils furent réveillés par une sirène avertissant un raid aérien et donc des bombardements américaines et il a dû trouver un abri. Comme les États-Unis continuaien à intensifier la guerre, Berrigan fut inquiet de voir que les manifestations classiques avaient si peu d'effet sur la politique du gouvernement US.

Son frère, Philippe, un prêtre joséphite, avait lui, déjà pris un risque beaucoup plus grand: En October 1967, il fait irruption dans le bureau de recrutement de Baltimore et versé du sang sur les fichiers d'enrôlement. Sans se laisser décourager par les conséquences juridiques de ses actes, Philip ebauchait déjà un autre projet. Il invita son jeune frère jesuite à se joindre à lui. Daniel accepta.

Le 17 mai 1968, les deux frères rejoignent sept autres pacifistes catholiques à Catonsville, (Md.): Ils ont pris plusieurs centaines de fiches de recrutement et les ont enflammés dans un parking voisin, en utilisant un napalm de leur fanrication. (le napalm est un liquide inflammable qui a été largement utilisé par l'armée américaine au Vietnam.) Il a dit enduite dans un communiqué, "Nous nous excusons, chers amis, pour ctte interruption momentanée du bon ordre, la combustion du papier au lieu d'enfants Viet-namiens, l'irritation du plantons dans le salon devant la maison . Nous ne pouvions pas, Dieu nous comprenne, faire autrement.

"Berrigan a été jugé et condamné pour l'action. Quand est venu le moment de définir la peine, il entra dans la clandestinité évitant le Federal Bureau of Investigation (FBI) pendant quatre mois. «Je savais que je serais appréhendé par la suite", a-y-il déclaré à la revue "América" dans une interview en 2009, "mais je voulais attirer l'attention aussi longtemps que possible sur la guerre du Vietnam et prévenir une action militaire projettée par Nixon au Cambodge."

Le F.B.I. l'a finalement appréhendé à Block Island, (R.I.), à la maison du théologien William Stringfellow, en Août 1970. Il a passé 18 mois dans la prison fédérale de Danbury, (Conn.). Lui et Philip ont paru sur la couverture du Time Magazin, le 29 janvier, 1971. Mais les deux frères, récidivistes à vie, continuaient. Le 9 septembre 1980, Daniel et Philippe, rejoint par sept autres manifestants ont, dans l'usine de missiles General Electric à King of Prussia, (Pa.), martelés une arme nucléaire. C'était la première action "Plowshares", une action non armée.

«Ils forgeront leurs épées pour en faire des socs de charue" (Isaïe 2: 4)

Les dernières années de Berrigan ont été consacrées à l'étude de l'Ecriture, à donner des retraites, à la correspondance avec des amis et des admirateurs, au mentorat des jeunes jésuites et à des militants de la paix. Il fut l'oncle à deux générations de Berrigans. Il a publié plusieurs commentaires bibliques mélangés avec des études sut fond de réflexions pastorales et d'esprit poétique.

De 1976 à 2012, Berrigan devint membre de la communauté jésuite de West Side, plus tard de la communauté jésuite Thompson Street, à New York. Au cours de ces années, il a aidé à diriger la Communauté Kairos, un groupe d'amis et de militants dédiés à l'étude de l'Écriture et de l'action directe non-violente. Même octogénaire, Berrigan continua à protester, à porter toute son attention vers les guerres américaines en Afghanistan et en Iraq, à la prison de Guantánamo Bay et au mouvement Occupy à Wall Street. Ses amis garderont le souvenir d'un Daniel Berrigan, S.J., aussi courageux et créatif dans l'amour, une personne intégrite prête à payer le prix femandé, une lumière d'espoir et un ami sensible et attentionné.

Cover: Daniel Berrigan, S.J., on Good Friday, April 9, 1982, at the Riverside Research Institute in New York during a protest against nuclear armaments. AP Photo/Marty Lederhandler, File

texte de LUKE HANSEN, S.J., est un ancien editor associé de la revue "America".

http://www.truthdig.com/arts_culture/item/remembering_daniel_berrigan_20160501
http://www.alternet.org/story/145467/noam_chomsky,_naomi_klein_and_alice_walker_reflect_on_the_death_of_howard_zinn
http://www.alternet.org/story/50654/chomsky_and_zinn_on_patriotism_in_america
http://www.thecrimson.com/article/1976/4/26/berrigan-chomsky-discuss-activism-during-open/



Résumé d'un article écrit par le R.P. John A. Coleman s.j., dans America october 5 2015; 34-36, concernant un livre écrit par John A Mccoy :

America est un hebdomadaire jésuite. Le livre n'a pas enore été traduit.

A Still and Quiet conscience,
The Archbishop who challenged a Pope, a President, and a Church
by John A. McCoy
Orbis Books, 288 p $26.

hunt

Le site de cette revue est:
http://americamagazine.org/sites/default/files/issues/2015/pdfs/10-05-15web.pdf.
L'article est en anglais, langue que tous ne maitrisent pas, je l'ai résumé en français, tentant de ne pas trahir le texte original. Une description de l'évêque Hunthausen de trouve sur Wikipdia, en anglais. Challenge est un verbe anglais qui signifie défier. la photo provient du site Amazon.

L'Archevêque Raymond Hunthausen de Seattle naquit en 1921. Il fut de tous temps un homme humble. Mgr William McManus de Fort Wayne disait que la hiérarchie américaine avait fourni peu de grands hommes, mais que Raymond Hunthausen était l'un d'eux. McCoy qui dirigeait les relations publiques de Raymond Hunthausen, le connaissait bien. Il trouvait une très grande similitude entre Lui et le Pape François: (1) il était humble, (2) il défendait le pauvre et l'opprimé. Journaliste et directeur des relations publiques, de l'archidiocèse; McCoy, est un garant de la qualité de l'ouvrage. Celui-ci est agréable à lire.

En 1962 Ray fut nommé par Jean XXIII, évêque de Helena (Montana). Il est un des rares évêques à avoir assisté à toutes les Sessions de Vatican II. Il est par ailleurs le seul évêque américain survivant de tous ceux qui ont assisté à tout Vatican II. Sa vie tout entière est imprégnée par le message conciliaires.

Jeune séminariste, il avait été fortement impressionné par les deux bombes atomiques utilisées par l'armée américaine au Japon. A plusieurs reprises au Concile, il mit en garde contre l'utilisation de la force pour solutionner les conflits et devint un militant pacifiste. Il redoutait l'armement nucléaire et les armes telles le sous-marin nucléaire "Trident", cantonné à Seattle. Plus de 5000 personnes (dont des leaders juifs et protestants) assistèrent à sa nomination comme Archevêque de Seatte en 1975. Il était vêtu d'une simple aube et d'une mitre blanche non décorée. Sa crosse était un simple bâton en mahogany; non garni des motifs en or comme ceux des crosses de ses prédécesseurs. Il voulait que l'église soit pauvre.

Au cours d'un déjeuner oecuménique, un leader protestant lui demanda par quel titre l'appeler, il répondit "Ray". Pas Monseigneur comme l'autre le lui avait proposé et comme le demandaient ses prédécesseurs.

Il fut aussi le premier prélat à s'occuper des prêtres pédophile. Il demanda de suite que les problèmes soient règlés conformement à la loi. Des prêtres furent ainsi traduits en justice.

Au début des années 70, Hunthausen commença une campagne anti-nucléaire, notamment contre les sous-marins nucléaires. L'administration Reagan ayant commençé le déploiement de l'arsenal nucléaire américain. Hunthausen affirma publiquement qu'il retiendrait une partie de ses impots pour les verser à des oeuvres charitables.

Malheureusemnt pour lui, une sorte d'entente naquit entre le Vatican et l'administration Reagan. La CIA demanda au Cardinal Ratsinger de faire un exemple en démettant, à titre d'exemple un évêque américain pacifiste: Hunthausen était tout à fait désigné, c'était un archévêque et circonstance aggravante, un mordu de Vatican II.

Le Vatican accepta et envoya le Cardinal James Hickey de Washington et le futur cardinal Wuerl pour finalement aboutir au retrait de Hunthausen.

La stratégie fut assez simple: "trouver sur la tête de Hunthausen les puces nécéssaires à son éviction". Comme il était progressiste, ce fut chose aisée: En effet, beaucoup des thèmes que certains reprochent au pape François faisait partie des rêves de Hunthausen. Par exemple il gardait tout son amitiés pour les prêtres réduits à l'état laîque.

Ils réussirent donc et l'Archevêque fut démis de ses fonctions pendant un temps assez long. Il fut blanchi par la suite.

Il ne s'est jamais plaint. II s'est retiré simplement et il passe le reste de sa vie comme un simple prêtre, dans "son Montana" natal. Il n'a pas réagit aux actions humiliantes menées contre lui par certains "officiels" du Vatican et d'ailleurs. Il vit toujours. On fêta récemment le cinquantenaire de sa nomination comme évêque et celui des quarante ans de sa nomination comme archevêque. Il n'a jamais montré aucune ranceur.

Son rêve fut que tous deviennent ce que Vatican II voulait qu'il deviennent.

[You held the position of archbishop of the Seattle diocese for 16 years. In that time, you had a huge impact on area Catholics as well as on the church as a whole. What do you think is the greatest legacy of your tenure?


"You'd almost have to ask that question to somebody else. If I have to respond, I have to say that I brought to the church, as I understood it, what the Second Vatican Council was inviting us to become." Laura Slavik, June 14, 2004°

[Extrait de Wikipedia]
Le livre peut être commandé ou acheté sur: .

http://www.amazon.fr/Still-Quiet-Conscience-Archbishop-Challenged/dp/1626981175.

c) Noam Chomsky



chomsky

Les parents de Noam Chomsky sont tous deux spécialiste de l'hébreu.

Noam Chomsky (1928) est un scientifique de première valeur et un philosophe. Ce linguiste, professeur au MIT à Boston, a un renom scientifique considérable - voir Wikipedia français ou anglais. Nous nous ne décrirons ici que son parcours politique. Chomsky considère que le scientifique doit s'impliquer dans le débat politique et y prendre ses responsabilités.

Vers 1964 il devient l'un des principaux opposants à la guerre du Viêt Nam .

En 1967 il publia un article intitulé «Responsabilités des Intellectuels". l'idée qu'il y défend est celle de la responsabilité des intellectuels qui ont plus facilement accès à la vérité que le reste de la population. Une publication qui mobilise de nombreux universitaires.

Il soutien les déserteurs de l'armée américaine de sorte qu'il est poursuivi en justice pour "résistance active à la loi d'incorporation militaire". Mais après l'Offensive du Tết de janvier 1968, les poursuites sont abandonnées. Il se retrouve néanmoins sur la liste secrète des "opposants politiques" du Président Nixon.

Depuis, Chomsky publia de nombreuses analyses politiques et donna de nombreuses conférences et interviews dans le monde entier.

Ses critiques de la politique étrangère américaine, souvent reprises en dehors des États-Unis, l'exposent aux critiques nourries aussi bien des libéraux que des conservateurs américains.

L'adjectif « chomskyen "créé qui désigne ses travaux et ses idées, mais, Chomsky, n'aime pas ce termecar il considère que ses réflexions ne doivent pas servir à un culte de la personnalité quelconque.

Entre 1966 et 1976, il devint titulaire de la chaire « Ferrari P. Ward de langues modernes et linguistique ».

Chomsky enseigna toute sa vie au MIT (Massachusetts Institute of Technology et continue à y travailler). (http://www.noam-chomsky.fr)

)

d) megan Rice



Rice

Megan Rice naquit près de New York dans une famille très catholique. Son père était professeur à la faculté de médecine de New York sa mère devint docteur en histoire. Les deux parents étaient très actifs dans le mouvement ouvrier chrétien de Dorothy Day. Megan devint religieuse de l'Enfant Jesus et enseigna au Mont Vernon (NY). Elle étudia la biologie, puis la Biologie Cellulaire et fut missionnaire au Ghana (1962-2004).

Elle participa à de nombreuses manifestations contre la guerre, surtout la guerre nucléaire et contre les installations nucléaires elles-mêmes. Elle fut arrêtée plus d'une douzaine de fois pour actes de désobéissance civile. Elle manifesta contre l'école qui forme des terroristes d'extrême droite en Amérique du sud (Fort Benning, Georgie). Elle s'attaqua à cette école et écopa de 2 fois six mois de prison (rappelez-vous la mort de Mgr Romero, des RP Rutilio Grande ... et autres jésuites, assassinés par des élèves de cette école).

En juillet 2012, à 82 ans, accompagnée de deux amis (M. R. Walli [63 ans] et G. I. Boertje-Obed [57 ans]) elle pénétra dans le Complexe Y-12 de l'usine d'Oak Ridge. Ils peignirent des slogans pacifiste à l'aide de sang et de peinture.

Tous trois faisaient partie d'un mouvement pacifiste "forger les épées en soc de charrues". Ils justifièrent leur action par le non respect par les Etats Unis du traité de non prolifération des armes nucléaires.

Ils furent accusés d'atteinte à des biens gouvernementaux, de trahison, et de sabotage.

Ils furent condamnés à plusieurs mois de prison. Le Juge demanda à Megan si elle ne regrettais rien. Elle répondit que si, elle aurait du faire cela 70 ans plus tôt ! En 2015, ils furent relaxé pour faute de preuves d'intention antigouvernementale. et pourront aller en appel.

Pour ne pas se créer d'ennuis, certains membre de la hiérarchie catholiques ont été très discrets ... depuis les alliance avec Constantin, le Vatican respecte davantage ceux qui font le mal.

Faisons remarquer que les traités, c'est bon pour les autres et que si une vieille dame de 82 ans franchit les sécurités, un espion bien formé le ferait bien plus facilement.