Donner un sens à la Messe



1. LE CHRIST EST AU MILIEU DE NOUS:

Matt 18: 20
Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux.

2. LE CHRIST N'APPARAIT PAS, IL EST LA, IL DONNE SIMPLEMENT SON CORPS:

Luc 22: 19 et 20
Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

La messe est un point de départ, et non une fin en soi

En allant à l'église pour participer à la messe du mercredi matin, je rencontre souvent Maria qui va au marché reretrouver ses amis et prendre une tasse de café avec eux. Venant dans l'autre sens, la femme du Pasteur qui revient tirant le chariot dans lequel elle accumulait ce qu'elle achetait. L'épouse de l'ancien dentiste arrive alors, pressée d'aller jouer au tennis.

Avant d'aller au marché moi, je vais chercher le Christ pour qu'il m'accompagne ... Quand je rentre dans l'&#glise, le prêtre de service achève de lire. Ici on lit des psaumes ... et va commencer la messe. La messe finie, certains vont au marché.

Ils vont au marché au lieu de rester à genoux devant l'autel et d'adorer le Seigneur mis en boîte (ostensoir). Je suis venu à l'église pour dévoyer le Christ et lui demander de m'accompagner au marché. Là il rencontrera sûrement une foule de gens qui ne le connaissent pas.

Le but de ma messe n'est donc pas très orthodoxe: partager le pain pour permettra au Christ de m'utiliser pour aller vers les autres. Mes interlocuteurs pensent je suis seul ... Ils ne voient pas le Christ qui m'acompagne d'échoppes en échoppes.

Quand je rentre à l'église le mercredi matin, je me joins à, une communauté qui est là pour prier le Seigneur. Le Christ est donc présent au milieu de nous. Certains croient qu'il vient lors de la consécration. C'est faux, il était là avant (Matt 18:20). A la consécration il entre dans le pain sous une forme divisible et assimilable. Cele ne le fait pas apparaitre, il était là. Ce qui est important c'est qu'il va être divisé et distribué ... pour s'intégrer à nous.

L'élévation et les sonneries de cloches sont un ajout dont je perçoit donc mal le sens ! Rappelons que le Christ était là ! Les gens pensent qu'il apparait: l'évangile est fort peu connu. On connait mieux les psaumes ...

On ne met pas l'évangile entre toutes les mains ... c'est trop révolutionnaire (Noam Chomsky). On le lit par petits bouts, le Christ c'est trop dangereux ! On l'a crucifié pour qu'il se taise ...

Rendez-vous compte, il aurait voulu qu'on s'aime les uns les autres au lieu de se détester comme par le passé !

Lors de la dernière cène, le Christ était aussi présent. S'il a levé quelque chose au ciel, ce n'est pas le pain, mais les yeux (relisez les Evangiles). C'est donc ce Christ présent qui s'est transformé en un produit assimilable et divisible. C'est un Christ tout entier que nous recevons lors de la communion, il fallait donc rendre le Christ divisible.

Nous le recevons et nous l'emportons pour qu'il donne du sens à nos vies. Dans la Messe, ce qui me semble important c’est l’ensemble consécration-communion: ce n’est plus le Christ au milieu de nous, c’est le christ en nous: il y avait dabord le Christ au milieu du groupe et maintenant il y a le Christ en chacun de nous !.

Donc, à la sortie de l'eglise, tout commence, mais avec le Christ ...

Nous sortons de l'église avec le Christ ...

---------------------------------------------------------------------------

LE CHRIST DEMANDE DES CHOSE DIFFICILES !

Jean 13:35
A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.

1 Jean 4:20
Si quelqu'un dit: J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, il est menteur; car celui qui n'aime point son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ?

Adoration

D'habitude, le mercredi il y a adoration. Cette semaine, je ne sais pour quelle raison, il n'y avait pas adoration. A l'un de fidèles, je dis qu'à mon avis, puisqu'il venait de communier "il était lui l'Ostensoir". le Christ est en lui ! Il n'avait jamais pensé qu'il n'y avait aucune différence entre le Christ en lui et ce Christ derrière une vitre dans une boite dorée ...

De toute façon quelque soit l'espèce sous laquelle il se trouve, personne ne voit Dieu. Nos yeux ne sont faits que pour voir Dieu, ils ne voient qu' une certaine quantité d'énergie délivrée selon des conditions bien définie. Ils ne voient rien ni en deçà, ni au delà de ce qui est défini ! D'ailleurs nos yeux ne voient que ce qui est matériel ... et encore !

Adorer Dieu dans un ostensoirs est une manière de procéder, la mienne est un peu différente. Je vais au marché et je cherche Dieu parmi tous ces prochains qui m'entourent. Aimer Dieu que l'on ne voit pas, c'est aimer X, Y ou Z, que l'on voit et derrière lesquels se trouve le Christ.

Je vais à l'église pour y chercher Dieu, sortir avec lui et rencontrer les autres ...

Ici c'est le Christ qui travaille, je ne suis qu'un véhicule.

Vous me direz que ma manière de faire est peu conforme aux habitudes, que peut-être même c'est hérétique et que jadis on m'aurait plus ou moins "inquisitionné". Quoiqu'il en soit j'ai toujours fait ainsi et je continuerai, et je suis têtu ...

Je me demande si l'inquisition n'était pas une intervention de Satan dans les choses de l'église !

Certains me disent que je devrais m'informer auprès de l'évêque du lieu pour voir si je ne risque pas l'Enfer. Dieu m'a dit que je pouvais continuer,

Marc 4:21 Il leur dit encore: Met-on une lampe sous le boisseau, ou sous le lit? Ne la mettons nous pas sur le chandelier ?

Crédibilité

Lorsque je rencontre un athée, je rencontre un autre enfant de Dieu et donc un frère. S'il reste athée après m'avoir vu vivre c'est peut-être parce que mon comportement n'est pas très convaincant: il ne traduit pas le message d'amour du Christ: je ne dois pas seulement causer chrétien, je dois surtout agir chrétien et c'est extrêmement important. Je dois donc humblement me poser la question: mon comportement est-il crédible ?

Comment doit-on montrer qu'on aime ses ennemis ? C'est déjà difficile de se lever le dimance marin pour aller à la messe ... alors, aimer ses ennemis !

Fini ces mignons petits ragots que je colporte ...

Plus que mes paroles, c'est mon comportement qui fait réfléchir les autres. un chrétien doit poser sa lampe bien haut sur le chandelier !

Souvent quand, dans un milieu qui se dit chrétien, on parle d'Athées comme Che Gevara, on dit qu'ils sont mauvais. On ne se pose pas la question que le Christ nous poserait "Te crois-tu Bon ? N"est-ce pas en voyant notre comportement que le Che ou sa famille sont devenus athées. Etions-nous crédibles ? On sera surpris le jour du jugement ... Le Che aimait les pauvres et est mort pauvre !

Le Che a vu ce qu'était la pauvreté en Amérique du Sud et en Amérique centrale. Il a reconnu la cause de cette pauvreté. Au lieu de devenir un riche médecin à Buenos Aires, il a décidé de se mettre au service des Amérindiens. La différence entre Mgr Romero et le Che, c'est que le Che n'a jamais connu ni vu l'exemple du RP Rutilio Grande s.J.. C'est en voyant le cadavre de son ami Grande, assassiné, que Mgr Romero quitta son palais épiscopal pour vivre dans une "Chaumière épiscopale", et s'est fait tuer lui aussi.

Avez-vous déjà vu un palais épiscopal, savez-vous combien un évêque gagne chaque mois et un chômeur ? Ah si le Christ avait gagné autant, il aurait tout distribué aux pauvres.

Votre évêque est-il crédible ? Est-il un exemple pour vous ? Peut-être pourriez-vous relire ce que le Christ dit des prêtres, des grands prêtres, des scribes ... Vous verriez que ce qu'il a dit est toujours d'actualité.

Je vous avais bien dit que les évangiles sont des textes explosifs ... Naturellement on peut s'inventer son petit évangile à soi ... des petits morceaux choisis ...

Avant de son assassina, le Che avait proposé de soigner ses ennemis blessés (il était médecin) !

Avons-nous toujours été des témoins du Christ comme Grande ? Puis comme Romero ? Sommes-nous prêts à nous sacrifier

Le pape François a sûrement dû entendre parler de Grande, Grande était aussi jésuite et américain...

Aller à la messe le dimanche est loin d'être "le" comportement du chrétien, pour beaucoup est-ce seulement un comportement chrétien. Vais-je à l'église par tradition familiale ou pour que le Christ m'aide à agir selon sa loi ? N'est-ce pas hors de l'église que je dois montrer que non seulement j'aime les autres, mais qu'aussi j'aime mes ennemis. Etre un chrétien crédible c'est plus qu'aimer les autres dans mes prières, c'est les aimer dans mes actes.

Romero, Martin Luther King, le Che ont donné leur vie pour les pauvres ...

Jusqu'où aimons-nous les autres ?

Satan et l'Eglise

Ce matin, j'ai fait très attention au texte de l'ordinaire durant la messe. Nulle part, mais alors nulle part on ne signale la loi d'amour du Christ, c'est comme si on ignorait la partie la plus importante du message du Christ ... comme si on voulait faire ignorer le message du Christ. Le Christ aurait-il un ennemi au Vatican ?

Relisez ce texte et si j'ai tort, je le reconnaitrai avec humilité.

Il est certain que l' alliance avec Constantin nécessita certaines concessions. L'Eglise faisait alliance avec un guerrier. Constantin n'organisait pas ses guerres par amour des autres. Comment se comportait -il vis vis de ses ennemis: pensait il à les tuer ou à les aimer. Le Christ, au désert, refusa toute alliance avec les grands de ce monde et il savait ce qu'il faisait.

Faire alliance avec Constantin, c'était laisser entrer Satan dans la gestion de l'Eglise ... Il n'aime pas beaucoup que l'on s'aime les uns les autres ... Il préfère qu'on se haïsse. Notre Messe n'est pas plus dangereuse que ce que faisait Caïphe au temple de Jérusalem ... un petit sacrifice ... L'amour des autres et tous ces machins c'est bon pour Jésus ou pour alimenter la conversation.

L'Entrée de Satan dans l'Eglise explique les croisades, l'inquisition, les poignées de mains de je ne sais quel pape à Pinochet ...

Donc la loi d'amour du Christ n'est pas dans l'ordinaire de la messe. C'est drôle que cela soit passé inaperçu si longtemps ... A quoi servent les Séminaire enseigne-t-on la pastorale ? sont-ce des institutions catholiques ?

Pourquoi faire alliance avec Constantin, Jésus ne suffisait plus ?

La mésalliance avec Constantin

De l'ordinaire de la Messe ressort un Dieu distant, éloigné des hommes, devant lequel on s'agenouille avec beaucoup de respect, un peu comme on aurait fait jadis pur un empereur ou un roi. Un Dieu qu'il fallait supplier pour que dans sa bonté il nous accorde ce que nous désirerions.

Des crève-la-faim bâtissaient des cathédrales et offraient à Dieu des cadeaux somptueux ...

Les prières étaient écrites dans un langage incompréhensible par la masse des fidèles. Prier, c'était réciter des incantations magique. Les prêtres s'habillaient comme les prêtres des "religions idolâtres ... Que Dieu était loin. L'accès à Dieu n'était toléré que pour une hiérarchie puissante et fortunée ...

Les juifs traitaient Jaweh de la même façon. Seul le grand prêtre pouvait entrer dans le Saint des Saints.

Comme le Pater paraissait insuffisant on lui a ajouté une annexe flatteuse de style Renaissance.

Imaginez Louis XIV sur son trône là-bas très loin et un courtisan ici. Le courtisan porte chapeau à plumes, cape et épée. Il enlève son chapeau en s'inclinant majestueusement, il fait une révérence et saluant le roi Il termine sa flatterie en disant "car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles ... un peu le truc ... répétez avec toute l'emphase requise !

On croirait du Corneille ... même si certains trouvent qu'il s'agit de langage sacré, je ris ... Je pense au scandale que du faire le Christ en nous disant que Dieu était un père, quelqu'un de tout proche de nous, quelqu'un qui i désirait nous serrer dans se bras, un peu comme Abraham fit avec le pauvre Lazare ...

Au lieu de dire qu'on aimait un Dieu qu'on ne voit pas, il demandait aimer d'aimer son voisin que l'on voit ...

Bref il fut éliminé, avec des idées pareille, il était normal qu'on le crucifie. Je me suis toujours demandé si nous voulions suivre Jésus qui est mort ou les Prêtres qui l'on fait mourir !

Comparer Dieu à un Grand de ce monde, ça plait à Satan qui se retrouve en milieu connu , mais ne devons-nous pas plutôt faire la volonté de Dieu que celle de Satan ?

La loi d'amour et la loi du plus fort

Lors des tentations au désert, le Christ avait refusé tout contact avec autres les Royaumes de ce monde: il avait remis Satan à sa place. Jamais il ne fréquenta les souverains de son temps, même pas Herodes qui pourtant n'habitait pas loin. Il ne rencontra Herodes que lors de son jugement et ne lui adressa pas la parole.

Ils n'étaient pas du même monde. Si l'Eglise aurait du suivre l'exemple du Christ et rester au service des pauvres. Si les puissants voulaient y accéder, il devaient transformer leurs biens terrestres en biens Célestes.

Jésus voulait créer quelque chose de nouveau et introduire dans le monde des valeurs nouvelles, Il voulait remplacer les dérivés de la loi du plus fort par les dérivés de sa loi d'amour. Au lieu du "tuez-vous les uns les autres", il voulait que le chrétien aime son prochain.

Bien entendu c'était s'opposer à Satan !

Après trois siècles Satan réussit à faire avec l'Eglise ce qu'il n'avait pu faire avec le Christ, il fi rentrer l'Eglise dans le concert des nations. Peu de temps après, elle se débarrassa des pauvres et s'associa aux riches. Ainsi naquirent des états pontificat, de croisades, de l'Inquisition, de procès comme celui de Galilée. Bref l'Eglise devint une puissance comme toutes les autres. Une puissance dans laquelle la seule valeur était la loi du plus fort.

Satan "était dans l'Eglise". Fort de cette nouvelle position, il inspirait des lois avec un peu de Christ et beaucoup de Satan. L'Inquisition est un exemple de ce mélange: on parlait d'hérétique pour mettre un peu de Christ, mais on brûlait vif les hérétiques pour plaire à Satan ... En Hongrie on parle de vingt siècle de civilisation chrétienne et on ferme la porte aux réfugiés ...).

Satan utilise toujours ce qui le sert. Il utilisa le message du Christ et il fit de même avec celui de Karl Marx. Satan utilise un peu de bien pour faire beaucoup de mal ! Je me demande si ce n'est pas lui qui a retiré de la messe la loi d'amour du Christ ... l'Amour il n'aime pas cela !

Au désert Jésus le voyait venir ... Mais certains pape sont des naïfs. Heureusement, le pape François a vu clair