Aimer Dieu en aimant son prochain



1 Jean 4:19-21 (première lettre de Saint Jean)
Quant à nous, nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier.
Si quelqu’un dit : « J’aime Dieu », alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas.
Et voici le commandement que nous tenons de lui : celui qui aime Dieu, qu’il aime aussi son frère.

Jean 5:36 et 37 (Evangile de Jean)
Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Père m'a donné d'accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé.
Et le Père qui m'a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n'avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face,.

13.34-35 (Evangile de Jean)
Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.
A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.
15:9-12 (Evangile de Jean)
Comme le Père m'a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour.
Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
C'est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

15.17 (Evangile de Jean)
Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.

Introduction



Jean Baptiste annonce l'arrivée du messager de Dieu:

Pour nous faire connaître ses désirs, Dieu a envoyé son fils. Son fils Jesus. Jesus devait nous dire et nous montrer trois choses:

      1. qu'il allait donner sa vie pour les péchés de l'Humanité.
      2. qu'il allait donner sa vie pour montrer son amour infini à l'Humanité. (aimer l'Humanité)
      3. qu'il allait donner sa vie pour montrer son amour infini pour Dieu. (Aimer Dieu).
Jésus établissait ainsi l'équation:

Aimer les êtres humain que l'on voit était aimer Dieu que l'on ne voit pas. Cette équation permettait de nous montrer que c'est en aimant son prochain que l'on aimait Dieu.

Nous avons divisé le texte est en cinq parties:

a. Le Christ nous a aimé au point de donner sa vie pour nous.
b. Montrer à Dieu et aux autres qu'on s'aime les uns les autres.
      Que votre lumière brille à l'église.
      Que votre lumière brille hors de l'église.
      La demande du Christ s'oppose à notre culture
c. Appprendre à aimer Dieu et les autres.
      aimer et aider les autres qui souffrent.
d. apprenons l'amour à nos enfants.
      l'amour pour les autres se tansmet.
      Dieu peut se réveler à celui qui aime son prochain.
e. aimer nos ennemis.

a. Le Christ nous a aimé au point de donner sa vie pour nous.



Jésus est mort en crucifié pour les humains qu'ils soient chrétiens ou non.

Il nous a aimé au point de nous donner tout ce qu'il avait, même sa vie. Son amour est donc sans limites. Il nous a demandé d'être capable d'aimer de la même manière, amis comme ennemis. Si nous aimons les hommes que nous voyons, nous aimerons Dieu que nous ne voyons pas. Celui qui dit aimer Dieu qu'il ne voit pas, mais n'aime pas les hommes qu'il voit est un menteur a écrit Jean (1 Jean 4:19-21) .

Sa mort fut un exemple:

le RP Rutilio Grande s.J., Mgr Oscar Romero, Che Gevara, les jésuites fusillés en Salvadvor ... Tous ont aimé Dieu d'un amour absolu parce qu'ils ont tout donné , même leur vie. Che Gevara ne connaissait pas Dieu, mais Dieu connaissait son amour pour les pauvres.

Le Père Maximilien Kolbe a donné sa vie pour sauver un autre homme, c'est à dire qu'il a donné sa vie à Dieu.


b. Montrer à Dieu et aux autres qu'on s'aime les uns les autres.



Matthieu 5 : 14 À 16 (Evangile de Matthieu)
Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ;
On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, on la met sur le chandelier, ainsi elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.
Que votre lumière rayonne ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Que votre lumière brille à l'église

La premières choses à faire en rentrant dans une église, c'est de faire luire votre lumière, c'est de montrer à Dieu que nous l'aimons en lui montrant que nous aimons tous nos voisins. Je ne sais pas ce que cela signifie pour vous ? Mais pour moi, la chose est complexe. Comment montrer que j'aime mon voisin.

Le Christ sait que dans notre culture on se tire dans le dos dans le dos: s'aimer est une romance entre un homme et une femme. Il veut que nous nous aimions et que nous le montrions.

Je commencerai par une chaleureuse poignée de mains, pas une poignée molle. J'éviterai quand même d'écraser la main de mon vis à vis.

Une poignée de main, d'accord, mais à qui la donner ?

Je regarde à droite, à gauche, devant et derrière, il y a des voisins partout: je dois leur serrer la main à tous. Montrez mon amour publiquement, ce n'est pas une chose simple à realiser !

Le prêtre devrait donc annoncer que nous allons utiliser "un signe" pour montrer que nous nous aimons les uns les autre. Ensuite on devrait donner un but à la Messe: Actuellement la messe est un peu un fourre-tout où sont entassés prières et flatteries. On parle, on parle ... mais pour dire quoi: pour remplir ! Parfois avec un style à papa ... Mais il faudrait quand même ajouter que nous nous aimons les uns les autres: c'est peut-être sous-entendu, mais je pense qu'il faut le dire tout haut et même le répéter ... Attention, nous devons nous souvenir que: Celui qui n'aime pas son prochain mais dit aimer Dieu est un menteur (1 Jean 4:1921). Ne mentons donc pas !

Pour les juifs au temple c'était plus facile, ils disaient simplement à Dieu qu'ils l'aimaient Dieu et pour prouver leurs dires ils offraient un animal en sacrifice. L'amour envers Dieu était proportionnel à la taille de la bête. Ils ne s'occupaient pas de leurs voisins.

On ne parle jamais explicitement de s'aimer les uns les autres dans les textes de l'ordinaire de la messe ... allez savoir pourquoi ! A-t-on enlevé cette formule ou alors a-t-on oublié ce commandement du Christ.


Que votre lumière brille hors de l'église

On rencontre en rue d'autres personnes, qui ne vont pas à l'église, toutes sont des enfants de Dieu et de plus Jésus fut crucifié pour elles. Nous devons aimer tous les êtres humains que nous rencontrons. Ils sont aussi nos frères !

En rue, on doit saluer tous ceux que l'on rencontre. Il faut le faire à haute voix, en articulant et avec le sourire. Saluer quelqu'un, c'est l'inviter dans notre communauté. Saluer est un signe d'accueil. Pour s'aimer les uns les autres, il faut d'abord s'accueillir. Bien sûr, si vous saluer quelqu'un que vous ne saluiez pas auparavant, il se demandera si c'est vrai ... s'il a bien entendu. Il n'aura peut-être pas le temps de répondre. Vous devrez perséverer de manière à bien lui montrer par cette répétition la permanence de votre désir de l'accueillir: dites-lui donc "bonjour" chaque fois que vous le rencontrez. Il est peut-être timide ...

Notre Société est laminée en couches, il y a des belges d'origines différentes et dans un même groupe, diverses classes sociales. Nous avons été éduqués à ne pas sortir des limites qu'impose notre culture, à rester enfermés et à ne pas s'ouvrir aux autres. Notre culture nous dit de nous méfier des peaux pigmntées. Quand les belges sont allés en Afrique, on se méfiait d'eux, on savait qu c'était des terrorristes qui coupairent des mains. En effet certains coloniaux ont coupé des mains quand on ne leur obéissait pas. Je pense qu'ils étaient minoritaires, comme souvent les terrorristes.. Si au lieu de constuire des Getthos, on bâtissait progressivement une société multiculturelle. Les enfants pourraient commencer à se connaître et à s'aimer dans les cours de récréation, les adultes dans les magasins ... Pour bâtir une telle société, il faut un début ...

Un lien s'établirait progressivemment entre les groupes ethique ! On finirait par se parler, de la pluie et du beau temps au début ... mais la conversation finirait par s'étoffer. Ce n'est pas un miracle, mais un objectif.

S'aimer les uns les autres est mauvais pour le commerce: Ce client qui vous enrichissait, vous ne pouvez plus le tromper comme vous faisiez jadis. Vous ne pouvez plus non plus inventer du mal d'un voisin ni "cancanner" sur un autre... décidément le Christ rend la patique du mal assez compliquée: il malmène Satan. Si on suivait la loi d'amour du Christ, il n'y aurait plus moyen de se faire une bonne petite guerre de temps en temps.

s'aimer les uns les autres s'oppose à notre culture

Oui, le Christ nous demande de créer une nouvelle cultrure. Notre culture actuelle est une culture de haine, de lamination des classes sociales, une société raciste. Nous sommes habitués à nous tromper, à ignorer, à mépriser. Que diraient les gens qui nous entourent s'il nous voyait aimer au lieu de critiquer. Nous devrions abandonner nos médisances, nos calomnies ... Nous devrions abandonner guerres et génocides ...

On ne pourrait plus envoyer nos F16 Bombarder les civils en Syrie, en Afghanistan: au lieu de pouvoir les bombarder on devrait les aimer !

On devrait recevoir ces réfugiés qui fuient nos bombardements au lieu de les laisser se noyer dans la Méditerranée !

On devrait remplacer la culture de la haine par celle de l'amour.



c. Appprendre à aimer Dieu et les autres.



aimer et aider les autres qui souffrent.

Derrière ce mendiant, vous ne le voyez pas, mais il y a le Christ. Il regarde comment vous allez vous comporter: soyez gentils. Si vous rendez ce mendiant heureux, vous rendez le Christ heureux. Ne prenez donc pas un air indifférent et ne lui jetez pas pas la plus petite pièce possible parmi celles que vous découvrez dans le fond de votre poche.

Si vous le surprenez par un don inattendu, il de réjouira: le Christ aussi.

Souvenez-vous qu'un pauvre peut avoir une femme et des enfants. les enfants et la femme des pauvres aiment les bonbons et les fleurs comme vos enfants et votre femme.

Dans une parabole, Jésus décrit un agonisant couché le long de la route. Un prêtre, puis un lévite passent, jouant le rôle de celui qui n'a rien vu ou de celui qui a autre chose à faire que de s'occuper de son prochain, ils doivent officier. Passe ensuite un mécréant, un païen, un des ces samaritains; il se donne à celui qui souffre ... ce samaritain avait vu le Christ caché derrière l'agonisant.

On dit souvent le "bon"" samaritain, oubliant sans doute que Dieu seul est bon.

Si vous êtes employeur, respectez vos emplyés et si vous êtes employé, respectez votre employeur. L'amour amène une ambiance agréable dans l'entreprise: ne dites pas à votre employé "tu me coûtes", mais dites-lui tu m" 'aides". Employés, aidez, car vous coûtez.

Le père de Ernst Abbe était ouvrier dans une filature, il travaillait 14 heures par jour. A la mort de Carl Zeiss, Ernst reçu toute l'usine Zeiss à Iena, la première chose qu'il fit fut de réduire le temps de travail pour que ses ouvriers puissent passer plus de temps avec leur famille, ce que son père ne put faire. Il s'occupait de ses ouvriers, qui avaient une vie hors de l'usine. Les usines Zeiss furent toujours les meilleures au monde et il y regnait une ambiance chaleureuse. Ernst Abbe était athée.

Ernst Abbe était à la fois un savant et un politicien. Il participa à la création de la politique sociale de Thuringe, une des première du monde.

Quand je lis que quelqu'un aime les autres et qu'il est athée (comme Che Gevara et Ernst Abbe), je me pose plusieurs questions et notamment celle-ci: suis-je responsable de cet athéisme. Ai-je été ce témoin que le Christ attendait, n'ai-je pas mis ma lampe sous le boisseau au lieu de la mettre sur le chandelier ... ?

C'est un peu facile de penser qu'un athée est mauvais, alors que s'il est devenu ou resté athée, c'est peut-être parce que je n'étais pas crédible !

Un jour, Christine de la ... et moi, alors que militions dans un milieu athée, nous fûmes mis dans une situation inconfortable pour notre étiquette de chrétiens de gauche. Pour nous faire plaisir, les athées du groupe avaient invité un prêtre pour nous parler d'un travail qu'il faisait et qui semblait passionnant. Ce prêtre se présenta comme professeur de religion, mais nous dit-il, son cours n'était pas un cours de religion ... plutôt un cours de philosophie morale: il semblait honteux de sa religion ! Christine se pencha vers moi et me glissa ... il est honteux de Dieu ... il est gèné de témoigner ...

Les autres nous regardaient avec une gentille pitié, comme si nous croiyons au père Noël: ce prêtre avait mis sa lampe sous le boisseau !

Supposons que Ernst Abbe ait rencontré un chrétien de ce genre ?

Dans mon collège, les Pères jésuites ne prêchaient pas l'humilité: ils étaient humbles: ils n'enseignaient pas avec des mots, mais avec des actes. Pensez-vous qu'un évêque nous prêche l'humilité avec sa crosse, sa mitre, son anneau et tout son tralala soit un homme crédible... Il est temps de se poser des questions sur ce que les autres voient de nous. C'est bien de faire le "mariole" avec des déguisements d'un autre âge, mais je pense que le Christ ne se traite pas comme une idole orientale. Que ceux qui veulent faire du cinéma aillent à Hollywood et qu'on les remplace par des gens plus simples et moins ambitieux ... Le message du Christ ce n'est pas du cinéma !

Prions le Christ pour ces gens et pour que nous le représentions en nous comportant comme il le veut; lui, pour que nous allumions notre lampe et la portions bien haut !

d. apprenons l'amour à nos enfants.



l'amour pour les autres se tansmet

Je pense que l'amour pour les autres se transmet en famille, je pense que les parents doivent transmettre cette valeurs à leurs enfants. Mes petits enfants gardent ce souci des autres que leur ont transmi leur parents. Mais ils ne croient pas en Dieu.

Je donne ici un exemple d'éducation chrétienne que j'ai vécu. Si je me souviens de la chose, c'est qu'elle est à la base de mon éducation chrétienne. Elle vient de ma mère:

C'était à Arlon au début 1945, juste après la bataille de l'Ardenne, j'avais 8 ans. Mon père m'avait envoyé faire une course. Je vis passer un convoi de camions américains chargés de prisonniers allemands. Sur le trottoir, autour de moi, les gens souhaitaient que ces "sales b." croupissent longtemps dans les camps de prisonniers. A la maison, je racontai l'histoire à ma mère, repétant le "que moi aussi je souhaitais que ces sales b ... croupissent ... ". Ma mère qui épluchait des pommes de terres, déposa son couteau, me regarda et me dit: beaucoup de ces prisonniers allemands sont des papas, comme ton papa. Ils ont des enfants de ton âge. Souviens-toi de ta tristesse quand ton papa était prisonnier en Allemagne en 1940. Pourquoi souhaites-tu une longue séparation aux petits enfants de ces soldats ...

Dieu peut se réveler à celui qui aime son prochain

J'étais agnostique, mais j'aimais les autres et un jour j'ai reçu le don de la foi: je ne savais pas à l'époque qu'en aimant les autres, j'aimais Dieu. Il s'est fait connaître par une grâce, la grâce de croire en lui. Je suis un scientifique. La science répond parfois à mes questions simplistes, mais pas à mes questions fondamentales. J'ai toujours vécu au milieu d'agnostiques et j'ai toujours aimé discuter foi avec eux. Un agnostique n'est pas quelqu'un qui ne croit pas parce qu'il en a décidé ainsi, mais quelqu'un qui ne peut répondre par la science à la question "y -a-t-il un Dieu ? ". Si vous lui posez cette question il répond "Je ne sais pas". Longtemps je fus agnostique et puis soudan j'ai reçu le don de la foi.

Amazing grace (Grâce merveilleuse): https://www.youtube.com/watch?v=HkZ4lxjCKBI (Joan Baez).

On peut refuser ce don. Si on ne le refuse pas, on se sent de plus en plus aimé. On se sent devenir un homme nouveau. Dieu vous "façonne" pour vous mettre à son service.

La foi, c'est comme un lampe: on doit mettre sa lampe bien en bien évidence et montrer comment nous vivons notre convictions: Francis Collins est un exemple d'un agnostique devenu Methodiste tout en étant un scientifique de très haute valeur (voyez Wikipedia).

Au lieu de dire "je crois en Dieu" nous devons dire "Dieu m'a fait croire en lui".

Ce qui devrait changer, ce n'est pas le Christ, mais nous ! Nous devrions peut-être penser davantage au bassin pour laver les pieds des autres qu'aux crosses et aux mitres pour appuyer notre discours. Si le pape est aimé de par le monde, c'est par sa simplicité, son humilité. Ce que je reproche à certains évêques, c'est leur suffisance, leurs componction et la distance qu'ils maintiennent entre le peuple et eux: Ont-ils jalmais eu la foi ? Savent-il que le créricalisme n'est plus ...

C'est par amour que nous devons nous changer et pas pour éviter les coups de crosses.

d. aimer nos ennemis.



5.43-48
Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.
Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,
afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même ?
Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même ?
Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Dand le sud de la province de Luxembourg règnait une grande pauvreté. La seule façon de faire des études était soit la voie militaire soit la voie religieuse. Mon cousin Maurice choisit la voie militaure. Il alla à l'école des pupilles de la nation, l'école des cadets, l'école militaire. Commença la guerre de 1914-1918, il fut directement versé au front, responsable d'une escouade d'hommes. Il combatirent courageusement. Un soir tout bascula:

Il se retrouvèrent gravement blessé sur un champ près de Diest. Il était entouré de ses hommes. Les uns étaient sans doute morts, les autres agonisaient. Ne sachant pas se lever il ne pouvait venir à leur aide. Il les entendit gémir, pleurer, crier Maman ... Il me dit en avoir fait des cauchemars toute sa vie, revoyant cette nuit d'horreur. Soudain il entendit parler allemand: des brancardiers allemands les prirent gentiment en charge amenant les uns vers un hopital de campagne, les autres vers un train de blessé destinés à l'hopital militaire de Köln.

Mon cousin fut opéré par des médecins très gentils eux aussil. Il fut traîté comme un blessé, pas comme un ennemi. Mon cousin s'évada et rejoignit les lignes belges. Il eut un comportement "héroïque" et termina la guerre "capitaine". C'est alors qu'il se mit à réfléchir.

Se souvenant de cette horrible nuit, il décida de devenir pacifiste et de militer au parti socialiste, un parti nouveau, de tendance marxiste. Normalement, un capitaine devait militer au parti catholique un parti de droite. Il fut rapidemnt retraité avec le grade de colonel, ainsi il cesserait de contaminer les jeunes recrues.

Il me rappela que les allemands ne l'avaient jamais traîté comme un ennemi.

Les allemands, du brancardier aux officiers de l'hopital ... avaient traîté mon cousin comme un frère.